Mark Goffeney commence à jouer de la guitare à l’âge de 9 ans, avec une gratte déglinguée récupérée dans une décharge. Dans les années 80, il monte un groupe avec lequel il écume les petites scènes de San Diego. Il rêve de devenir une rock star.

 

Trente ans plus tard, son rêve ne s’est pas réalisé. Pourtant, Mark joue de la guitare comme personne d’autre. Dans ce documentaire simple, direct, sans artifices et sans mélo, le musicien revient sur son parcours avec humour, pied au plancher sur la “Highway to Hell”.
  • Réalisation : Ross Harris & Stanley Gonzales
  • Adaptation : Escarlata Sánchez, Lena Roche, Diego Giuliani, Nuno Prudêncio & Jérôme Plan

Newsletter

Interview

Stanley Gonzalez
Co-réalisateur

« Ce genre de films peut faire changer votre point de vue et vous faire réfléchir sur la façon dont vous voyez les autres ainsi que vous-même. »
  • Comment avez-vous rencontré Mark ?

Nous avons rencontré Mark lors du NAMM, un grand salon professionnel de l’industrie musicale. Il m’a époustouflé. Sa façon d’être sur scène, son rapport avec le public : c’était une vraie rock star. J’ai tout de suite appelé Ross [le co-réalisateur] et je lui ai dit : « Il faut qu’on tourne un film sur ce gars, les gens doivent le découvrir ! ». Mark est un être humain incroyablement inspirant.

 

Mark s’exprime très bien mais quand vous le découvrez dans sa vie quotidienne, quand vous le voyez et entendez jouer, ça vaut des milliers de mots. L’histoire parle d’elle-même. Nous avons tous des idées reçues mais ce genre de films peut faire changer votre point de vue et vous faire réfléchir sur la façon dont vous voyez les autres ainsi que vous-même.

 

 

  • Comment s’est passé le tournage ?

Nous avons tourné à Santee et San Diego, en Californie. Il faisait extrêmement chaud ! Nous avons tourné les interviews dans la maison de Mark, dans le salon, la seule pièce où il y avait la climatisation. Mark jouait dans la rue, le soir, et il faisait encore près de 40°, c’était étouffant ! Le tournage n’a pris que quelques jours. Nous n’avions pas beaucoup de temps parce Ross et moi avons réalisé ce film avec nos propres moyens. Nous avons d’ailleurs cédé tous les droits du film à Mark pour qu’il en fasse ce qui lui plaît.

Cordes sensibles | 99.media
  • Que devient Mark ?

Il joue avec un groupe qui s’appelle MANA, ils remplissent des salles immenses. Mark monte sur scène pour quelques morceaux et il a droit a des standing ovations. Il a aussi participé au tournage d’un clip pour les Jeux Paralympiques de Londres avec un groupe qui s’appelle The SuperHumans. Ils ont enregistré à Abbey Road, la vidéo était géniale.

 

 

  • Quels sont vos projets ?

Ross travaille sur des super projets avec un grand label de musique à Los Angeles, auprès de musiciens et d’auteurs incroyables. Moi je travaille dans l’audiovisuel et le cinéma.

 

 

  • Un mot sur 99.media et l’adaptation multilingue de votre film ?

Nous sommes très reconnaissants ! 99.media nous a donné la chance de rendre notre film accessible à des gens partout dans le monde. Grâce à cette plateforme, nous avons eu une audience internationale.

Donec libero facilisis consectetur tristique nunc elementum porta. id felis dolor.